La laine aux couleurs d’Automne

La laine aux couleurs d'Automne

L'Automne oblige et surtout la saison des noix. Ces dernières si nourrissantes nous procurent un colorant de laine très précieux qui donnent de très belles nuances de marrons et beiges très durables dans le temps et ceci sans aucun produit supplémentaire à ajouter au bain.

Donc, vu que l'on venait de recevoir de notre ami Loulou un grand sac de noix avec leurs bogues, une fois la dégustation terminée, je me suis lancé dans la teinture. L'emploi du temps chargé, on va dire, je n'ai suivi aucune recette officielle; Laissez aller votre imagination, cette recette là peut donner de bons résultats aussi quoique pas obligé à 100%…

Et plouf les bogues dans l'eau de source, et on laisse macérer quelques jours. Une belle soupe presque noire se fait, qu'il vaut mieux filtrer juste avant de teindre. Une fois l’élixir prêt, la laine saute dedans, obligatoirement à froid. Hop, la vieille casserole sur la cuisinière et je laisse mijoter jusqu'à presque l'ébullition. Il vaut mieux mélanger TRES doucement de temps en temps sinon la laine au fond deviendra plus sombre que celle de la surface.

Ce qui est bien avec cette teinture c'est que si jamais l'effet n'est pas satisfaisant, on peut toujours remettre la laine dans le bain refroidi et recommencer la procédure…

Alors, la soupe est cuite que l'on laisse refroidir, on rince, on laisse sécher la laine et le tour est joué!

Vous pouvez voir sur les photos les étapes du travail. Maintenant, une fois la laine aux belles teintes automnales en pelote, attaquons le tricot. De belles écharpes en vue pour Monsieur Madame, cadeaux de Noêl etc…

Bogues de noix prêtes à l'emploi

Bogues de noix prêtes à l'emploi

Soupette noire une fois le liquide de macération filtré

Soupette noire une fois le liquide de macération filtré

on met la laine "à froid" avant de mettre le bain de teinture sur le feu et on va jusqu'à l'ebuilltion

on met la laine "à froid" avant de mettre le bain de teinture sur le feu et on va jusqu'à l'ebuilltion

une fois le bain refroidi, je sors la laine, je la rince abandonnement et je la laisse sécher dehors

une fois le bain refroidi, je sors la laine, je la rince abandonnement et je la laisse sécher dehors

ce que l'on peut tricoter avec....
ce que l'on peut tricoter avec....ce que l'on peut tricoter avec....ce que l'on peut tricoter avec....

ce que l'on peut tricoter avec….

Un peu de couleurs dans la laine – la Garance

couleur garance "sang" qui sèche
couleur garance « sang » qui sèche

Une série de marchés terminée, bientôt une autre qui va pas tarder. Donc, il faut préparer de quoi tricoter de belles couleurs.

C'est pour cela, le chaudron en cuivre ressort du grenier, je fouille le carton avec les plantes tinctoriales séchées. La racine de Garance des teinturiers en poudre est la première dans la "soupette". Je poursuis toujours ma recette vérifiée pour obtenir le rouge garance couleur sang. Il faut prévoir autant de poids de garance que pèse la laine à teindre. De l'eau dans les proportions 40 l pour 1 kg de laine.

Mais tout d'abord on prépare notre laine par le mordançage : mouillée, elle est ensuite trempée dans une solution de pierre d'alun broyé 20% et de crème de tartre 6%, ces deux ingrédients – "chimie naturelle"* utilisée par les générations des teinturiers afin d'ouvrir les écailles de la fibre et garantir la meilleur tenue de la couleur par la suite. Je réchauffe tout ça doucement sur le feu jusqu'à quasi ébullition. La laine ne feutre pas malgré la température car je n'effectue aucun frottement dans le bain. L'Opération terminée, je laisse refroidit dedans, j'essore légèrement les écheveaux (le lendemain).

Alors enfin le bain de la teinture : la poudre de garance nécessite d'être trempée plusieurs heures (12h) avant la cuisson dans une quantité d'eau environ 2 fois son volume. Elle gonfle. Je mets la poudre dans la marmite en cuivre (le cuivre soutient ici la belle couleur), je couvre de l'eau en quantité comme ci-dessus par rapport au poids de la laine. Il faut de l'eau calcaire pour la garance alors vu que notre eau ici est tout sauf calcaire, j'ajoute 2g de craie rappée (craie d'école 🙂 ) Et la laine mordancée rentre enfin dedans. J'alimente le feu de la cuisinière et de la patience – la température doit monter tout doucement pendant 1 ou 2h jusqu'à 80° environ. Il ne faut surtout pas dépasser ce seuil là sinon la couleur va "brunir". Donc j'essaie de maintenir les 80° pendant 45 min en remuant très doucement la soupette avec la cuillère en bois (pas en métal qui tâche la laine). Il faut se trouver de l'occupation parallèle pendant tout ce temps là ;-). Comme minuit approche, on va se coucher et je laisse refroidir la laine dans le bain. C'est au lendemain la surprise : le rouge garance est bien là, comme je voulais. Que du bonheur pour les yeux! Encore rincer, rincer et laisser sécher au vent; Voilà une couleur déjà au stock!

* pierre d'alun – minéral naturel présent dans plusieurs régions du monde, astringent, (régulant la sudation de la peau entre autres); crème de tartre – dérive naturelle de la vinification des raisins

les étapes de la teinture avec Garance des teinturiers
les étapes de la teinture avec Garance des teinturiersles étapes de la teinture avec Garance des teinturiersles étapes de la teinture avec Garance des teinturiers
les étapes de la teinture avec Garance des teinturiersles étapes de la teinture avec Garance des teinturiers

les étapes de la teinture avec Garance des teinturiers