Feutrage de la Laine

Ça y est! J’ai réussi à faire des chaussons en laine feutrée!

Le stage du feutrage de la laine a porté ses fruits et voilà ce que cela a donné :  les chaussons 100% naturels et faits main. Il faut avouer que leur confection fut un travail bien physique et ce pendant deux jours…

La laine se feutre

Tout d’abord comment est-ce possible qu’à partir d’une simple toison de mouton nous pouvons créer des objets 3D ? Sans couture, sans aucune substance chimique agglomérant, et puis sans aucune machine sophistiquée. En effet, on peut le réaliser grâce à une des propriétés de la laine qui en font une fibre d’exception ! Il s’agit de sa capacité à feutrer. En rappelant brièvement, chaque fibre de laine est couverte des petites écailles. Sous l’effet de frottement elles s’accrochent entre elles d’une façon irréversible. Ce processus est d’autant plus accéléré que l’on soumet la laine à un milieu alcalin et à une température plus chaude. Pour obtenir ceci on utilise le plus souvent un bain au savon.

Le feutrage de la laine en étapes

Préparation de la laine

En premier lieu à, il faut bien sûr préparer la laine. Elle doit être propre, lavée et cardée. Dans le commerce, on trouve d’habitude des nappes de laine, nature ou en différentes couleur. Cela veut dire que la toison a subi une opération mécanique supplémentaire.  C’est le nappage sur une cardeuse à rouleaux. Ainsi, on met les fibres d’une façon parallèle entre elles pour obtenir plus d’homogénéité.

Petite parenthèse, lors du stage, j’ai utilisé uniquement la laine de nos moutons. Pour préciser, c’était la condition sinequanone pour que je participe au stage : pouvoir utiliser notre laine et non celle fournie lors du stage provenant de l’Allemagne. Cardée sur une cardeuse de matelassier mais pas nappée, notre laine a été vraiment très agréable à travailler.

Le choix du modèle

Pour commencer, le choix des patrons s’impose. On dispose de deux modèles en plastique: une forme « style lutin » permettant de réaliser les deux chaussons en une seule surface et une forme « classique » avec laquelle on feutre chaque chausson séparément. Les formes sont énormes par rapport à la pointure standard, ceci car une fois feutrés, les chaussons vont diminuer considérablement.

Ensuite, on a pesé nos laines afin d’avoir environ 250 g de fibre par chausson. J’ai voulu l’intérieur des chaussons noir et l’extérieur blanc naturel. Donc, pour chaque chausson j’ai prix environ 100 g de laine noire et 150 de laine blanche.

Ci-dessous les photos pour mieux visualiser deux types de travail avec ces formes.

feutrer de la laine

Les débuts du feutrage de la laine

Deux formes “chausson classique” à envelopper de la laine
Les gabarits de chaussons "style lutin" que l'on couvre de la laine avec une marge de mèches

Le feutrage commence

Les gabarits de chaussons “style lutin” que l’on couvre de la laine avec une marge de mèches

Le feutrage de la laine commence …

On positionne la laine sur les patrons avec une marge de mèche qui dépassent sur tout le pourtour. Maintenant, avec de l’eau chaude savonneuse on asperge bien la surface de laine pour ensuite la masser avec force. Les fibres commencent à « prendre » – à s’emmêler. Il reste que les mèches du pourtour qui ne sont pas feutrées expressément. Ensuite, on retourne la forme pour disposer l’autre moitié de la laine dosée. Ici pareil, on laisse les mèches dépasser les bords. Elles seront ensuite rabattues avec celles de l’autre face afin de fermer les bords en les feutrant.

L’Étape finale

Enfin, nous commençons à bien feutrer en insistant et en foulant les modèles dans tous les sens. On les roule, on les plie et replie. Il ne faut pas oublier d’arroser régulièrement avec de l’eau savonneuse afin que le feutrage soit plus rapide et efficace. Finalement, il arrive le moment on peut enlever les patrons en plastique de l’intérieur de nos chaussons.

deux futurs chaussons en feutre de laine

Ligne de séparation de deux chaussons en feutre

Pour les chaussons du lutin on peut imaginer les bordures fantaisie

Pour ceci mes collègues coupent leur forme feutrée au milieu afin d’obtenir deux bottillons et pouvoir ressortir la feuille de plastique. En ce qui concerne mon modèle c’est un peu plus délicat. Je dois faire une incision en forme de T sur chaque chausson à l’endroit ou je veux mon ouverture pour les pieds.

 Une fois les gabarits plastiques ressortis, on procède à la mise en forme. Ainsi, on met une main à l’intérieur des chaussons pour pouvoir les modeler avec l’autre de l’extérieur. C’est bien cela le feutrage de la laine au savon, à l’eau et à l’huile de coude. A la fin, on commence même à les taper avec les rouleaux en bois !

Le résultat : les vrais chaussons en laine

Enfin, le travail est fini ! Quelle satisfaction de voir la laine de ses brebis devenir un objet concret et pratique au quotidien. C’est la même laine que nous utilisons pour confectionner nos couettes très chaudes en laine et lin, ainsi que les oreillers en pure laine bio et les coussins lin garnis de laine.

Les longues mèches de nos moutons (10-15cm) ont fait que le feutrage est devenu très solide et épais.  C’est un avantage, surtout s’il s’agit des pièces comme chaussons, exposés fort à l’usure.

 chaussons en laine feutrée

Mes chaussons en laine feutrée

Le plaisir de glisser ses pieds dans la laine

La pointure obtenue correspond pile à celle de mon mari. En fait, j’ai confectionné les chaussons en feutre pour home – mon Home 😉. Alors, mon mari est très content de ses chaussons laineux. Il dit qu’ils sont super chauds, agréables sur les pieds et que « ça respire » dedans. Reste encore à trouver un morceau de cuir pour coudre les semelles. Ou une autre solution, à voir. En tout cas, l’effet final a valu la peine, les chaussons dont le confort est incomparables aux produits du commerce.

Remerciements

Je salue sincèrement les autres stagiaires – Cécile, Claire et Gwen et notre enseignante, Nico Van de Velde bien sûr. Ce fut un moment très agréable pour moi de le faire avec vous. Merci pour cette expérience.